Absence de concertation pour l’hébergement touristique

NCA02_interDBM

Délibération 16.1 –  Politique métropolitaine en faveur de l’hébergement touristique en lien avec l’itinérance Intervention de Dominique BOY-MOTTARD (PRG)

Quand j’ai vu le mot itinérance, je me suis dit : « Tiens, la Métropole veut inciter les municipalités de son périmètre à respecter la loi en matière de sites d’accueil des gens du voyage… » dont on sait qu’ils font cruellement défaut à notre département. En même temps comme il était fait état du développement de l’itinérance, je me suis rapidement doutée qu’il ne s’agissait pas de ça

Sur le fond de cette délibération concernant l’hébergement des touristes itinérants, je n’ai pas de remarques particulières à faire tant il nous apparaît que c’est une bonne chose pour les communes concernées. Tout au plus pourrait-on prévoir, comme l’a fait remarquer un de nos collègues en commission, que le dispositif ne se contente pas de l’hébergement en liaison avec les itinéraires pédestres mais qu’il concerne également le plan « vélo ». D’autre part, j’espère qu’une coordination est prévue avec le département dans la mesure où le Conseil départemental, dans le cadre d’un plan plus large que celui-ci, apporte une aide aux structures touristiques en zone rurale.

En dehors de ces quelques remarques, nous approuvons donc le principe de ces aides. Par contre, il n’en va pas de même de la méthode. Et si je le relève ici, c’est parce que ça n’a rien de nouveau. En effet, on nous soumet là une délibération avec un projet complètement bouclé, sans qu’on ait pu à un quelconque moment en discuter, sans même qu’on nous donne la moindre explication sur le pourquoi du plafond des dépenses éligibles, des taux et des montants maximum de l’aide qui varient en fonction du type d’hébergement et de la qualité du demandeur (privé ou public).

Je suppose qu’en amont de cette délibération il y a eu des études faites par les services : mais nous n’en avons jamais entendu parler. Or, il y a quand même des fonds publics qui pourront s’avérer importants qui sont en jeu. Je pense, nous pensons, qu’il faudrait modifier dans l’avenir ce qui tend à devenir une très mauvaise habitude génératrice ou plutôt conséquence d’une dérive technocratique.

Authored by: Dominique Boy Mottard

Née en Nice en 1953, j'y ai fait mes études et je suis actuellement maître de conférences à l'Université de Nice Sophia Antipolis (Faculté de Droit). J'aime ce métier qui me permet d'être au plus près des besoins et des aspirations de la jeunesse de notre ville. J'ai été conseillère générale des Alpes-Maritimes dans le canton de Nice 7 de 2005 à 2011 et pendant ces années, j'ai eu à cœur de défendre les intérêts des habitants en ayant le souci constant de l'intérêt général. Et si je me suis opposée de façon résolue à la politique départementale, ce fut toujours de façon constructive. C’est dans le même esprit que je siège désormais au conseil municipal et au conseil métropolitain. Attachée aux valeurs républicaines et à la laïcité, ardente partisane de la construction européenne, j'ai rejoint, il y a quelques années, le Parti Radical de Gauche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.