Projet d’aménagement du Ray – Bilan de la concertation publique

NCA02_interDBM

Délibération 24.3Commune de Nice – Bilan de la concertation publique relative au projet d’aménagement du secteur du Ray

Monsieur le Président, il va quand même falloir que vous vous décidiez à avoir un langage clair sur le sort que vous entendez réserver au terrain du Ray. 

Sur ce dossier, il y a le projet assez précis qui figurait dans vos documents électoraux et le projet de délibération de ce jour qui semble nous ramener au flou que vous et votre majorité à Nice avez entretenu pendant des années.

Si nous pouvons être d’accord sur celui qui était présenté pendant la campagne, au prix peut-être de quelques modifications, nous avons plus que des réserves sur celui de la délibération de ce jour. 

Parce que cette délibération, et on peut comprendre peut-être l’erreur de notre collègue précédemment, est intitulée « bilan de la concertation publique » mais elle est loin de ne faire qu’arrêter le bilan de cette concertation. Elle a surtout pour objet la mise en œuvre du projet que vous aviez présenté à cette concertation qui serait éventuellement enrichi, nous dit-on, par les contributions, et aussi de lancer et de signer les procédures pour la poursuite de ce projet. 

On voit très difficilement d’ailleurs comment ce projet pourrait être enrichi par les contributions tant on trouve de tout dans ce qui a été soumis à la concertation. Du coup, chaque proposition peut être reprise, elle l’a été d’ailleurs, plus ou moins largement dans ces contributions. 

Je pourrais m’amuser à relire les principaux objectifs présentés par votre projet, mais ils sont au nombre de onze, cela fait beaucoup, je me demande quels pourraient être les objectifs secondaires. 

Vous nous faites un véritable inventaire à la Prévert : il y a des équipements publics, des espaces verts, des logements, des commerces, des transports en commun, des transports individuels, des modes doux de déplacement, du stationnement, des énergies renouvelables, de la mixité fonctionnelle, de la mixité intergénérationnelle, du soutien à l’économie locale, de la formation, de l’emploi, des équipements sportifs… Il y a même un souci de protection de biodiversité au Ray ! 

Ça c’était vos objectifs pendant quatre ans, avant qu’on n’approche de la fin de la campagne municipale. 

Parce que là, votre langage a changé et avec lui les documents que vous avez fait distribuer aux   électeurs. Il n’y avait plus que des espaces verts et des infrastructures pour l’exercice d’activités sportives, et seulement quelques logements. C’était d’ailleurs un projet qui était tellement proche de celui que notre liste avait présenté quelques jours plus tôt, que nous en avions été très heureusement surpris. 

Maintenant, l’élection est passée et on dirait, au vu de la délibération de ce jour, que cet aspect de votre programme a été complètement abandonné, qu’il n’a constitué qu’une parenthèse vite refermée après l’élection et qu’on revienne à vos précédents objectifs, et vous les considérez confortés par la concertation que vous avez mise en place pendant un mois. 

Monsieur le Président, j’habite le Ray depuis toujours, la plupart des membres de ma famille y vivent, je connais très bien les habitants de ce quartier, je discute avec eux. Ils ont besoin de respirer, le quartier croule sous l’immobilier et les grandes surfaces, il croule sous le béton. Il y a quelques jours, le quotidien local Nice-Matin a recensé sur deux pages les principaux espaces verts de la ville de Nice. Il y en avait plusieurs à l’ouest, plusieurs à l’est, plusieurs au centre, mais aucun à Nice Nord. Bien sûr, on trouve quelques jardins ici ou là, il y a le très joli parc Chambrun par exemple, mais il n’y a rien qui donne suffisamment d’espace, qui soit comparable en termes d’espace à ce qui a été fait ailleurs. 

Pourquoi n’avez-vous pas construit des immeubles et des commerces au sein de la coulée verte, sur la promenade du Paillon ? Pourquoi ce qui a été considéré comme bon pour les habitants du centre ne le serait pas pour ceux de Nice Nord ? Parce qu’il y a moins de touristes ? 

Pourquoi ne pas utiliser d’autres secteurs de la ville, dont la densification immobilière n’est pas aussi écrasante, pour réaliser cet éco-quartier que vous envisagez sur les terrains du Ray ? Nous savons que notre ville a besoin de logements pour actifs, qu’elle a besoin de logements sociaux. Mais, de ce point de vue, les habitants de Nice Nord, vous en conviendrez quand même, ont déjà beaucoup donné et je crois qu’il est temps de leur rendre un peu de cette qualité de vie qui existait ici avant. 

En attendant, Monsieur le Président, et pour en revenir à mon questionnement initial, quel est votre véritable projet ? C’est cela qui nous intéresse. Est-ce celui que vous avez présenté aux Niçois pendant la campagne électorale et qui, au prix de quelques clarifications supplémentaires, aurait pu nous convenir, ou celui sur lequel vous voulez nous faire voter aujourd’hui et pour lequel nous n’avons pas l’intention de vous signer un chèque en blanc ? C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous voterons contre cette délibération. Merci de votre attention.

M. LE PRESIDENT

Merci Madame. Monsieur Alain Philip, si vous pouvez rappeler les principes de la loi, car madame Boy-Mottard ne semble pas avoir compris qu’il ne s’agit pas d’un projet mais d’un bilan de concertation sans lequel nous ne pouvons pas envisager la suite. 

M. PHILIP

Exactement. 

Mme BOY-MOTTARD

Il faut lire la délibération, Monsieur le Président. 

M. PHILIP

Je vais répondre dans la globalité, si vous le permettez, à vos interrogations. 

Nous sommes dans une procédure réglementaire fixée par le code de l’urbanisme. Je le disais tout à l’heure, c’est l’article L.300-2 du code de l’urbanisme qui fixe réglementairement cette concertation. Cette concertation, qui a été menée dans les délais indiqués et qui figurent dans la délibération, il faut en tirer le bilan, c’est le code de l’urbanisme qui l’impose. La délibération qui vous est présentée aujourd’hui tire le bilan des 1 911 personnes, ce n’est pas rien 1 911 personnes qui se sont exprimées sur ces orientations de projet et ce qu’elles souhaitaient. 

Aujourd’hui, il vous est simplement proposé de délibérer pour tirer le bilan de cette concertation : voilà ce que la population a exprimé, c’est ce qui figure dans la délibération et dans les documents annexés. 

Mme BOY-MOTTARD

Non. 

M. PHILIP

C’est l’expression des 1 911 personnes qui sont venues donner un avis sur ce projet. Ensuite, le projet sera bâti sur la base de cette concertation et de ces orientations. Il s’agit bien aujourd’hui non pas d’un projet qui est décidé en vase clos, mais qui est bien la traduction, comme vous le soulignez et comme vous semblez y être très attentive, de l’expression des habitants qui se sont déplacés, qui ont fait l’effort de venir aux expositions. 

Je rappelle qu’il y avait deux lieux d’exposition, une réunion publique s’est tenue, des registres étaient à disposition et 1 911 personnes sont venues exprimer ce qu’elles attendaient de cet aménagement. Aujourd’hui, il s’agit uniquement de tirer le bilan de ce qui a été dit lors de cette concertation réglementaire. 

Je rappelle quand même, pour ceux qui semblent aujourd’hui découvrir ce dossier, que c’est une démarche qui a été engagée à l’initiative du président, du maire de Nice, depuis 2010, avec d’abord des mesures de sauvegarde que l’on a mises en œuvre sur le site du Ray de façon à préserver ce site, et ensuite des groupes de travail, en 2012, qui se sont réunis et qui ont travaillé sur les différentes thématiques. D’ailleurs le conseiller général du secteur et d’autres élus y ont participé aux côtés des associations, des comités de quartier, des conseils de quartier et des commerçants qui sont venus s’exprimer sur des orientations, puis il y a eu la concertation réglementaire. 

Ce n’est qu’ensuite, sur la base de ce bilan, que sera bâti un programme, il y aura un appel à candidature pour élaborer des projets qui feront l’objet à nouveau d’une concertation avant l’arrêt du projet définitif. 

Voilà les éléments qui pouvaient être rappelés. 

Mme BOY-MOTTARD

Monsieur le Président, s’il vous plaît. 

M. LE PRESIDENT

Oui Madame. 

Mme BOY-MOTTARD

Excusez-moi mais quand même, je sais lire et en général je comprends ce que je lis. La délibération est celle-ci : 

1) arrêter le bilan de la concertation tel que présenté dans le rapport annexé à la présente délibération, 

2) décider de poursuivre la mise en œuvre du projet sur la base des objectifs présentés et enrichis par la concertation. 

Les objectifs présentés sont là à côté, ce sont les onze dont je vous ai parlé, il y a de tout dans ces objectifs présentés et enrichis par la concertation, on retrouve de tout aussi d’ailleurs dans la concertation. Cela veut dire que l’on ne sait pas précisément sur quelle base vous allez poursuivre, ou plutôt on sait que vous avez la possibilité de poursuivre sur toutes sortes de bases. 

Ensuite, troisièmement : 

3) autoriser monsieur le président ou l’un des vice-présidents ou conseillers métropolitains délégataires de signature à lancer et à signer les procédures nécessaires à la poursuite de ce projet ainsi que toutes les pièces consécutives à l’exécution de la présente délibération. 

Vous parlez bien d’un projet, et le projet est là avec ses grandes orientations qui ne sont pas les mêmes que celles présentées pendant la campagne électorale. Je suis désolée, il ne s’agit pas uniquement de tirer le bilan de la concertation. Ou alors, décidez de supprimer les deuxième et troisième points de la délibération.

Authored by: Dominique Boy Mottard

Née en Nice en 1953, j'y ai fait mes études et je suis actuellement maître de conférences à l'Université de Nice Sophia Antipolis (Faculté de Droit). J'aime ce métier qui me permet d'être au plus près des besoins et des aspirations de la jeunesse de notre ville. J'ai été conseillère générale des Alpes-Maritimes dans le canton de Nice 7 de 2005 à 2011 et pendant ces années, j'ai eu à cœur de défendre les intérêts des habitants en ayant le souci constant de l'intérêt général. Et si je me suis opposée de façon résolue à la politique départementale, ce fut toujours de façon constructive. C’est dans le même esprit que je siège désormais au conseil municipal et au conseil métropolitain. Attachée aux valeurs républicaines et à la laïcité, ardente partisane de la construction européenne, j'ai rejoint, il y a quelques années, le Parti Radical de Gauche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.