Convention avec la SASP OGCN CA pour l’occupation de l’Allianz Riviera

Conseil municipal du jeudi 7 février 2019

Délibération 1.2 – Avenant n°2 à la convention avec la SASP OGCN CA pour l’occupation de l’Allianz Riviera.

Ci-dessous l’intervention de Patrick ALLEMAND extrait du conseil municipal

 

La délibération 1.2 prévoit la mise en place d’un avenant à la convention qui nous lie avec la SASP OGC Nice pour l’occupation de l’Allianz Riviera.

Il s’agit de modifier les modalités de fixation de la redevance fixe pour l’occupation de l’Allianz Riviera et d’en fixer le montant à 2 800 000 euros hors taxes. Les conditions de calcul de la redevance variable n’étant pas modifiées.

[…]

M. LE MAIRE.

Monsieur Allemand, alors, vous avez la parole.

M. ALLEMAND.

Monsieur le Maire, mes chers collègues, nous voterons cette délibération puisqu’elle permet de faire rentrer de l’argent dans les caisses de la Ville. Ce n’est pas le fond du dossier qui pose problème mais la méthode. Notre club de football connaît une période très délicate. Je n’ai absolument rien contre le président Jean-Pierre Rivère, bien au contraire, et je suis de ceux qui, comme vous si j’en crois la presse, regrettent amèrement son départ, parce qu’il nous a fait rêver tout simplement et que ce n’était plus arrivé depuis longtemps, depuis Roger Loeuillet.

Je ne connais ni M. Ganaye ni M. Li, mais quand même, c’est gros. Depuis le    11 décembre 2014, la Ville encaissait une redevance à la charge du club qui était composée d’une part fixe de 1,87 million d’euros et d’une part proportionnelle au chiffre d’affaires. Et, le 29 janvier 2019, vous modifiez l’article 18-1 de la convention entre l’OGC Nice et la mairie et vous passez la part fixe à la charge du club à 2,8 millions d’euros, soit une augmentation de 1 million d’euros, et vous faites signer cet avenant le 29 janvier par un président démissionnaire depuis plusieurs jours, quarante-huit heures avant sa démission effective.

Franchement, je pense que MM. Ganaye et Li vont certainement apprécier votre sens de l’accueil.

M. LE MAIRE.

Monsieur le premier adjoint ne m’en voudra pas que je vous dise que l’engagement du président Rivère, alors qu’il n’était pas encore question de son départ, a été signé le 15 janvier 2019 et que par ailleurs, depuis les observations faites par la chambre régionale des comptes qui dénonçait le fait que nous n’appliquions pas un loyer suffisamment élevé, nous avions engagé une négociation avec le club, cela remonte à peu près à un an, et nous avions donné un an au club pour se mettre en situation de répondre à cette demande.

Ce n’est donc pas une acceptation du président Rivère, c’est un vote du conseil de surveillance de l’OGC Nice auquel appartient un des actionnaires de l’OGC Nice que vous avez cités tout à l’heure, mais je remercie le président Rivère, pendant toute cette année, d’avoir mené cette discussion avec nous pour permettre à la ville de Nice de répondre positivement aux observations de la chambre régionale des comptes.

M. ALLEMAND.

De temps en temps vous m’écoutez !

M. LE MAIRE.

Pour le reste, je ne connais pas plus que vous pour l’instant ni M. Ganaye ni M. Li qui m’ont demandé très récemment un entretien dans les jours qui viennent, mais jusque-là, je ne les connais pas plus que vous.

Je me suis toujours fixé une règle très précise : entre une société de droit privé qui, selon les règles du football professionnel en France, gère le football, et la collectivité, les seules relations qui doivent exister doivent être des relations contractuelles strictement définies et je n’ai pas à faire d’ingérence dans leurs affaires pas plus que je n’accepterais que ceux-ci fassent de l’ingérence dans les affaires de la Ville. La seule chose en tout cas que je peux garantir aux Niçois, et j’y ai été attentif ces dernières années notamment avec la construction de l’Allianz, c’est que l’appellation « OGC Nice » nous appartient et que si quelqu’un avait l’intention d’en faire un usage qui soit contraire à la morale qui est la nôtre, bien évidemment tout est possible dans ce domaine. À bon entendeur salut !

[…]

La délibération n° 1.2, mise aux voix, est adoptée à l’unanimité des suffrages exprimés.

 S’abstiennent : M. Aral – M. Domergue.