Expérimentation d’un arrêt à la demande, la nuit : Pradal refuse !

COMMUNIQUE DE PRESSE DE PATRICK ALLEMAND

Expérimentation d’un arrêt à la demande, la nuit : Pradal refuse !

Je viens de recevoir la réponse du président de la Régie Ligne d’Azur (RLA) concernant notre souhait d’expérimentation d’un arrêt à la demande, après 22 heures, pour les femmes seules, et ce, afin de limiter les risques d’agressions.

A cette proposition, Philippe Pradal oppose des questions d’assurance qui imposent à l’exploitant de faire descendre les passagers à un arrêt de bus. Il réagit comme si un contrat d’assurance ne se renégociait pas lorsque s’exprime une volonté politique.

Quant à l’argument qu’il utilise pour indiquer que l’arrêt à la demande mettrait en exergue le lieu d’habitation de la personne qui descend et pourrait inciter un individu à la suivre, il ne tient pas.

De plus, les bus étant équipés en vidéo protection, il est évident qu’un individu qui descendrait en même temps qu’une femme seule, lors d’un arrêt à la demande, après 22 heures, serait immédiatement repéré. Sauf si, Monsieur Pradal reconnaît par là, l’inefficacité de  la liaison actuelle avec le Centre de Supervision Urbain.

 

Patrick ALLEMAND

Conseiller municipal de Nice

Conseiller métropolitain de Nice Côte d’Azur

  

Courriers en pièces-jointes :

Courrier adressé à Philippe PRADAL pour un arrêt du bus à la demande le soir pour les femmes

Réponse de Philippe PRADAL à la demande d’arrêt du bus à la demande après 22h-Bus