Les Liserons : Les facturations d’eau qui font déborder le vase

CONFÉRENCE DE PRESSE DU JEUDI 14 MARS 2019

Les Liserons : Les facturations d’eau qui font déborder le vase

Habiter les Liserons

Les Liserons, autrefois et encore aujourd’hui appelé « le 328 », est le dernier quartier situé à la lisière est de Nice, côté rive gauche du Paillon. C’est peut-être à cause de cela que ses habitants ont le sentiment d’être les laissés-pour-compte de la ville.

Les habitants se sentent méprisés et abandonnés. Chaque jour, ils doivent faire face aux difficultés de leur quartier : trafic de drogue, chômage, desserte pauvre en transports en commun, quartier mal entretenu où prolifèrent les rats, et, un des quartiers où les charges locatives ont le plus augmenté.

La vacance de nombreux logements vient attester qu’on ne vient désormais habiter aux Liserons que parce qu’on n’en a pas d’autre choix.

2018, explosion du montant des charges

Paul Cuturello, Christine Dorejo et moi-même, avons été sollicités par des habitants du quartier dès le mois de décembre dernier, quand les riverains ont reçu leurs régularisations de charges locatives. Les provisions pour charges payées tout au long de l’année étant déjà bien importantes, aussi, ils ne pensaient pas être redevables de nouvelles sommes. Pour certains, les charges mensuelles peuvent atteindre plus de 300 euros, ce qui est considérable quand on connaît l’état de ce quartier.

Alors, nous avons demandé à plusieurs locataires de nous fournir leurs régularisations de charges de 2017 et 2018 et nous les avons comparées. Et, nous avons constaté que c’était l’eau (froide et chaude) qui était au cœur du problème d’explosion des charges.

Nous nous sommes ensuite rendus sur place et nous avons échangé avec les locataires qui ont tous affirmé faire un usage raisonnable de l’eau.

Pour les habitants, l’augmentation des consommations d’eau ne peut pas leur être imputée pour les raisons suivantes :

  • De nombreuses fuites ont été déclarées suite à l’absence d’entretien des immeubles et à la vétusté des canalisations générales très anciennes.
  • Des plombiers qui sont intervenus pour le compte de leurs clients ont affirmé que la tuyauterie était trop ancienne et devait être entièrement refaite.
  • Les seules fortes variations de charges observées concernent les consommations d’eau froide individuelle et d’eau chaude collective. C’est ce qui nous a amené à conclure que le problème se situait à ce niveau. Sur les six situations observées, les augmentations sont de 18%, 88%, 96%, 210%, 262% et 328% pour l’eau froide et 4%, 19%, 69%, 70%, 116% et 213% pour l’eau chaude.
  • De nombreuses coupures d’eau pour recherche de fuites sont intervenues tout au long de l’année, ce qui, de façon générale, aurait dû mécaniquement diminuer la consommation générale de l’eau.
  • Les garages ont été à plusieurs reprises inondés à cause de fuites d’eau dans les parties communes.
  • Plusieurs appartements situés en rez-de-chaussée ont été murés et il est impossible de savoir si ces derniers aussi ont des fuites.
  • Les tuyauteries qui ont cédé ont été régulièrement signalées à Côte d’Azur Habitat. Pourtant, l’intervention de ce dernier a souvent tardé, provoquant des gaspillages d’eau que les locataires refusent désormais de payer. Le dernier exemple en date est celui du 4 mars dernier quand la tuyauterie d’eau chaude du 4 impasse des Liserons a cédé, entraînant des écoulements importants le long de la façade de l’immeuble et des inondations dans les appartements et les garages.

De nombreux signalements à Côte d’Azur Habitat

L’office HLM Côte d’Azur Habitat a régulièrement été interpelé sur cette situation par :

  • Un courrier que j’ai adressé au Président de Côte d’Azur Habitat daté du 20 février 2019, correspondance à laquelle je n’ai reçu aucune réponse à ce jour (cf. annexe 1).
  • Des appels et courriers de locataires.
  • Une pétition de locataires qui circule encore actuellement (matrice en annexe 2).
  • La presse locale qui s’est emparée de ce sujet à de nombreuses reprises (cf. annexe 3 la revue de presse).

Malgré cela, les locataires, y compris ceux qui ont demandé à ce que les sommes correspondantes à la régularisation soient suspendues, ont quand même été prélevés des montants contestés.

Tout ceci contribue à renforcer le sentiment d’abandon ressenti par les habitants de ce quartier.

En notre qualité d’élus, nous ne pouvons accepter que cette situation perdure.

Quand le maire de Nice déclare « vouloir remettre la République au cœur des quartiers », nous souhaitons d’abord qu’il commence par demander au principal office HLM de la ville de rendre des comptes aux locataires de tous les quartiers dont il a la charge, y compris celui des Liserons.

Présenter des projets de rénovation c’est bien, mais l’urgence, c’est d’abord de s’occuper des difficultés quotidiennes. En attendant la restructuration, il n’est pas normal de laisser sans entretien, ni investissement tout ce qui concerne l’accès à l’eau.

En conclusion

Nous demandons une révision du montant des charges des locataires. En aucun cas, ces derniers ne doivent supporter le coût des gaspillages en eau dont ils ne sont pas responsables et qui sont consécutifs à des négligences imputables à Côte d’Azur Habitat et à son service d’astreinte.

La ville de Nice ne peut pas déclarer vouloir renforcer le vivre ensemble et favoriser, dans les faits, des crispations de plus en plus fortes dans les quartiers.

Patrick Allemand

Conseiller municipal et métropolitain

Président de Nice au Cœur

 

Paul Cuturello

Conseiller municipal et métropolitain

Membre du Conseil d’administration de Côte d’Azur Habitat

 

Christine Dorejo

Conseillère municipale et métropolitaine

 

Pièces jointes :

  • Courrier de Patrick Allemand à Philippe Pradal du 20 février 2019.
  • Matrice de la pétition qui circule actuellement aux Liserons.
  • Revue de presse.

Annexe 1-Conf presse-Liserons-Courrier de Patrick ALLEMAND

Annexe 2-Conf presse-Liserons-Petition

Annexe 3-Conf presse-Liserons-Revue de presse