Lignes 2 et 3 du tram : Il manque 20 millions pour que ça tourne !

Conférence de presse du mardi 16 juillet 2019, présentée par de Patrick Allemand, Paul Cuturello et Christine Dorejo

« Lignes 2 et 3 du tram : Il manque 20 millions pour que ça tourne ! »

26 minutes du Port à l’aéroport ?

Impossible en l’état actuel et les élus du groupe « Un Autre Avenir pour Nice » vont vous le démontrer.
#Nice06 #Tramway #TramL2

Lignes 2 et 3 :

Il manque 20 millions pour que ça tourne !

 Grâce aux pointages effectués par les équipes de Nice au Cœur qui étaient simultanément présentes au terminal 2 de l’aéroport, au terminus du CADAM, à la sortie du souterrain à Magnan et à la station souterraine de Jean Médecin, nous sommes en mesure de tirer certaines conclusions de la mise en service du premier tronçon souterrain de la ligne 2.

La situation réelle est moins idyllique que la version officielle exposée par le président de la Métropole  lors de l’inauguration de la station Jean Médecin. En effet, il faut se souvenir que, pour imposer l’option souterraine, Christian Estrosi avait annoncé un temps de trajet particulièrement attractif de 26 minutes entre le port et l’aéroport terminal 2, avec une fréquence de 4 minutes une fois la L2 achevée.

Les vérifications opérées par les militants de Nice au Cœur ne valident pas ces hypothèses.

  1. Sur le temps de trajet :

Sur les 11 rames, nécessaires à l’actuelle exploitation à 6 minutes de fréquence, qui sont parties de Jean Médecin entre 9h01 et 10h03 pour aller soit au CADAM, soit au T2 à l’aéroport, le temps de parcours a varié entre 24 et 29 minutes. La moyenne s’établit donc à 27 minutes.

Or, il reste encore le tronçon entre Jean Médecin et le port de Nice avec trois stations : Durandy et Garibaldi en souterrain et le terminus du Port LYMPIA en aérien. Le temps de parcours du tronçon du souterrain qui vient d’être mis en service – et qui comporte également 3 stations (Grosso CUM en aérien et Alsace Lorraine et Jean Médecin en souterrain)est de 5 minutes. Il est légitime d’estimer un même temps de trajet pour la seconde partie du souterrain (5 minutes). La durée totale du trajet port-aéroport T2 sera de 32 minutes, soit 6 de plus que ne l’indique la propagande estrosienne.

  1. Sur la fréquence et le nombre de rames :

Actuellement, la fréquence est de 6 minutes. Elle devra être portée à 4 minutes dès le 2 septembre, date de l’interdiction de circulation des bus urbains et interurbains sur la Prom’.

La révolution (temps nécessaire à une même rame pour effectuer un second départ) pour relier les terminus de l’ouest à Jean Médecin est de 66 minutes.

Le nombre de rames nécessaire à l’exploitation se calcule de la manière suivante :

Révolution (en minutes) / fréquence (en minutes).

Dans le cas présent cela fait 66 minutes / 6 minutes soit 11 rames nécessaires.

Si l’on rajoute les 5 minutes aller et les 5 minutes retour entre l’arrêt Jean Médecin et le terminus du Port LYMPIA (partie souterraine restant à couvrir), le temps de la révolution passe à 76 minutes.

 Tenir la fréquence annoncée  de 4 minutes revient à poser la division suivante : 76 / 4 pour obtenir le nombre de rames nécessaires soit 19 rames.

  1. Sur le nombre de rames nécessaires à l’exploitation de la L2 jusqu’au Port LYMPIA à 4 minutes de fréquence :

Il y a actuellement 26 rames de commandées ou livrées : 19 sont prévues pour la L2 (16 en exploitation et 3 gardées en réserve pour la maintenance, les éventuelles réparations et la formation des conducteurs) et 7 pour la L3.

Mais 16 rames ne suffiront pas pour tenir la fréquence d’une rame toutes les 4 minutes. Il en faudra à minima 19 en exploitation.

  1. La L3 provisoirement sacrifiée :

Il y a 7 rames de prévues pour la mise en service de la L3.

Une solution consisterait à prendre à la L3 les 3 rames manquantes sur la L2 pour parvenir à 19 rames en exploitation et impérativement conserver 3 rames en réserve.

Mais à ce moment là, il ne reste plus que 4 rames sur la L3 (pour l’exploitation ET la réserve).

La L3, ouverte en décembre prochain, ne sera qu’un affichage car ils n’auront absolument pas les moyens de faire tourner la L3 selon les critères de fréquence d’un tram.

De cette étude on peut tirer deux conclusions :

  •  Ce qui dicte l’ensemble, c’est l’objectif de fréquence à 4 minutes car si cette fréquence n’est pas respectée, la L2 ne pourra pas absorber la totalité des usagers des lignes de bus qui sont amenées à disparaitre en septembre 2019, à la rentrée. Le problème sera aigu.

De plus, il s’avère que la tarification à 1,50€ pour aller aux terminaux 1 et 2 de l’aéroport est particulièrement attractive. Ainsi les passagers dits « encombrants », avec valise à roulettes vont diminuer la capacité globale de transport des rames.

La justification du choix d’un souterrain repose sur la promesse de transporter plus de 140.000 voyageurs / jour. Promesse intenable actuellement puisque le nombre de rames s’avère insuffisant.

  • Pour que les L2 et L3 fonctionnent de manière optimale, il faut a minima 29 rames et non

Il est certain qu’à la rentrée de septembre, le nombre de passagers de la L2 va considérablement augmenter du fait de la suppression à l’ouest des bus urbains et interurbains. Cette clientèle captive va drastiquement ralentir le temps « d’échange voyageurs » aux stations et, conséquemment le temps de trajet global.

Il faudra donc peut-être plus que les 32 minutes de trajet. La révolution sera certainement supérieure à 76 minutes. Le nombre de rames nécessaires pour l’exploitation de la L2 à 4 minutes sera de 21 (+ 4 en réserve). Concernant la L3, il en faudra 7. Le total s’élève donc à 32 rames.

En attendant la nécessaire commande des 6 rames manquantes, représentant 20 millions d’euros, il faudra soit cannibaliser intégralement la L3, soit renoncer à la suppression des bus sur la Prom’ pour garantir le transport par tram des usagers empruntant aujourd’hui le bus.