Mise en service de la ligne Ouest-Est de tramway – Instauration d’une période de gratuité

Conseil métropolitain du jeudi 28 juin 2018

Intervention de Patrick ALLEMAND

Délibération 21.39 – Mise en service de la ligne ouest-est de tramway – Instauration d’une période de gratuité

La délibération 21.39 prévoit la mise en place de la gratuité de la ligne ouest-est de tramway pour la période du 30 juin au 2 septembre. Afin de permettre aux Azuréens, aux Métropolitains et aux Niçois de profiter au maximum de la mise en place progressive de cette ligne de tramway, il a été décidé que son accès serait gratuit. Il est rappelé toutefois que si l’on prend la ligne 2 de tramway cet été et qu’après on prend un bus ou qu’on souhaite déposer sa voiture dans un parc relais, il conviendra de s’acquitter du tarif normal ; la gratuité ne porte que sur le parcours de la ligne de tramway que les plus chanceux ont pu voir passer et dont nous pourrons tous profiter à partir de samedi.

[…]

M. ALLEMAND.

Nous allons bien entendu voter cette délibération et nous nous félicitons de la mise en œuvre de ce premier tronçon et de cette période de gratuité qui sera en fait la période de test, car je reste convaincu que l’utilisation de cette portion de ligne sera difficile.

Elle réglera les flux est-ouest entre Magnan et le CADAM, mais le véritable potentiel de la ligne est-ouest c’est le centre-ville et c’est Nice Est, et c’est là que les salariés attendent bien entendu cette ligne 2. 

Je note par ailleurs que la fréquence minimale sera de l’ordre de cinq tramways de l’heure, soit bien moins que la cadence actuelle de la ligne 1 qui est de un toutes les quatre minutes. Vous n’êtes pas responsables du fait qu’Alstom ne livre pas en temps et heure l’ensemble des rames qui ont été commandées, puisque vous en avez reçu cinq sur les huit prévues. 

J’ai noté par ailleurs qu’Alstom se défausse sur un sous-traitant, mais c’est son problème. La question que je vous pose, Monsieur Pradal, est claire : est-il prévu, les délais n’étant pas honorés, des pénalités de retard vis-à-vis d’Alstom ? 

Enfin, dernière question : combien d’inaugurations allez-vous faire sur cette ligne ? Je ne sais pas si votre prédécesseur suit encore les affaires, mais je me rappelle une grande inauguration. Vous, vous inaugurez les stations, les œuvres d’art, les rames, le dépôt, le parc relais, la livraison du premier tronçon le 30 juin. Vous allez finir par inaugurer les placards techniques !

Il reste encore les stations des aérogares 1 et 2 de l’aéroport, les stations souterraines, l’arrivée au quai Cassini, la livraison intégrale de la ligne 2. 

Bon, vous allez encore tenir deux ans comme ça, on l’a bien compris, mais je voulais simplement vous indiquer que nous ne sommes pas dupes.

M. NEGRE.

Monsieur Pradal va peut-être répondre.

M. PRADAL.

Oui, une réponse en trois temps.

Sur la question des pénalités, oui bien sûr, et vous imaginez que pour qu’Alstom arrive à reconnaître sa responsabilité pleine et entière – je suis d’accord avec vous, Monsieur Allemand, concernant le fait que nous n’avons pas à rentrer dans la question de l’intervention d’un sous-traitant – c’est parce qu’il y a eu un certain nombre de démarches de la Métropole, très fortes et très actives à l’égard de ce grand industriel que nous respectons, mais qui doit dans ce sens respecter ses engagements. Donc oui, n’ayez pas d’inquiétude. De plus je n’ai pas la réputation, je crois, d’être particulièrement laxiste avec qui que ce soit et avec les fournisseurs de la collectivité encore un petit peu moins.

Sur les inaugurations, après le « qui vivra verra », je vous dirai : quand on aime, on ne compte pas ! Oui, on va inaugurer parce qu’on aime, on trouve que ce dispositif mérite d’être mis à l’honneur comme il faut et mérite qu’il y ait une réelle appropriation. Si nous avons fait des inaugurations différenciées pour l’accompagnement artistique du tramway, c’est parce que nous pensons que chaque œuvre d’art méritait de bénéficier de son inauguration propre. C’est un point notamment que je peux justifier. On va continuer à inaugurer, Monsieur Allemand, d’ailleurs je crois que vous êtes invité, venez quand vous voulez.

Le troisième temps de ma réponse : c’est aujourd’hui le jour anniversaire de l’instauration de l’enseignement primaire public par Guizot qui avait cette phrase que je vous livre : « Le monde appartient aux optimismes, les pessimistes ne sont que des spectateurs ».

[…] 

La délibération n° 21.39, mise aux voix, est adoptée à l’unanimité.