Parcours acrobatique en hauteur au Parc Phoenix

Conseil municipal du 7 juin 2018

Intervention de Paul CUTURELLO

Délibération 21.1 – Approbation du principe de délégation de service public pour la conception, la réalisation et l’exploitation d’un parcours acrobatique en hauteur du Parc Phoenix – Lancement de la procédure

M. CUTURELLO.

Merci, Monsieur le maire, Monsieur l’adjoint, mes chers collègues, avec cette délibération, vous nous proposez d’approuver le principe d’une délégation de service public pour la conception, la réalisation et l’exploitation d’un parcours acrobatique en hauteur au Parc Phoenix.

Étant donné le caractère particulier de l’équipement qui requiert des compétences très précises dont on ne dispose pas au sein du personnel municipal, nous comprenons la nécessité d’avoir recours à des entreprises spécialisées dans le cadre d’une Délégation de Service Public, et nous en approuvons le principe.

Ceci étant dit, je souhaiterais faire une remarque. Dans le document qui nous a été fourni en commission de DSP, figure un tableau concernant la fréquentation du Parc Phoenix de 2015 à 2017. Celui-ci fait apparaître une baisse de la fréquentation de l’ordre de 16 % entre 2015 et 2017. Cette baisse significative interpelle et pose la question des hausses de tarifs qui sont intervenues depuis plusieurs années.

Aujourd’hui les tarifs sont de 5 € pour un adulte, de 3 € pour un adulte disposant de la carte Pass Musées, et un accès gratuit pour les enfants de moins de 12 ans.

Ce sont des tarifs plutôt élevés, auxquels s’ajouterait le prix à payer par l’usager utilisant le parcours acrobatique qui ne sera pas gratuit comme le précise la délibération.

Je rappelle qu’en 2008 le prix d’entrée était à 1 € !

Depuis 2008, sous votre responsabilité, le prix d’entrée a donc été multiplié par 5. C’est beaucoup, et je crains que malgré les améliorations techniques, la fréquentation ne continue de baisser.

Pour mémoire, je rappelle que du fait de tarifs à l’époque élevés, proches de ceux d’aujourd’hui, la fréquentation était très faible, et le Parc fortement déficitaire. J’avais demandé au Maire de l’époque de modifier les tarifs à la baisse pour permettre aux habitants des quartiers jouxtant le parc de pouvoir y emmener leurs enfants. La baisse fut acceptée par le Maire et le prix d’entrée fixé à 1 €.

Avec ce nouveau tarif à 1 €, on a assisté à une très forte augmentation de la fréquentation, ce qui a abouti à une augmentation des recettes malgré la baisse du prix d’entrée. Ainsi, les recettes perçues avec le prix d’entrée à 1 € sont rapidement devenues supérieures à celles perçues avec les anciens tarifs. Cette forte augmentation a sorti la gestion du parc de la zone rouge.

Fort de cette expérience positive pour la ville et pour les usagers, je vous demande de revoir à la baisse le prix d’entrée du parc, ce qui permettrait l’accès à un public plus large, avec une hausse sensible de la fréquentation qui équilibrera largement les recettes.

M. LE MAIRE.

S’il n’y a pas d’autres interventions, Monsieur l’adjoint.

M. BAUDIN.

Monsieur Cuturello, je vous l’ai dit en Commission, ce n’est pas l’augmentation du prix d’entrée du parc qui est la cause de cette baisse de fréquentation.

La cause est double : d’une part, il y a eu des périodes de très mauvais temps, le parc n’a pas été utilisé ; et d’autre part, vous n’êtes pas sans savoir que ce parc a été très fortement impacté par la construction de la ligne 2 du tram. Vous avez vu les travaux depuis plus d’une année devant le parc Phoenix, et moi-même qui m’y rends fréquemment, il est vrai que l’on a du mal à trouver un emplacement, et je reconnais qu’il est difficile d’y aller pour une famille.

Je vous donne rendez-vous l’année prochaine. Nous avions demandé –je remercie M. le maire- qu’il y ait un arrêt « parc Phoenix » sur la ligne 2 du tram, c’est-à-dire qu’aussi bien les Niçois que les touristes, savent où est le parc, alors qu’il n’est pas évident, lorsqu’on arrive à Nice de savoir où est le parc Phoenix, et sachant également que l’on a une nouvelle entrée qui est en face de la station du tram. Je n’ai aucun doute là-dessus, nous nous retrouverons sur ces bancs l’année prochaine et nous confronterons les chiffres. Vous avez dit qu’il y a une baisse de fréquentation, mais il y a une augmentation des recettes.

M. LE MAIRE.

Monsieur Cuturello, j’entends ce que vous dites. Dans ce domaine, dire que c’est trop, pas assez, suffisant, est toujours délicat. Des investissements ont été réalisés, il y a eu des travaux conséquents. J’y suis allé quelquefois même en famille, nous avons été privés de voir des animaux, un certain nombre de choses, certaines parties du parc étaient balisées parce que c’était en chantier, tout cela n’incitait pas forcément à la fréquentation.

Je visite, je suis allé dernièrement au cœur de Copenhague, à Tivoli, vous payez l’entrée assez cher, je crois que c’est 12 €, puis vous payez encore les attractions, et puis il y a les buvettes etc. Paris vient de rouvrir son parc d’acclimatation dont l’entrée est aussi à un tarif, dans une ville administrée par l’une de vos proches, qui n’est pas un cadeau, et je voudrais que l’on puisse monter le parc Phoenix au meilleur niveau, après les travaux qui ont été faits. Au-delà de la flore, il devient un parc faunistique qui représente des charges d’entretien parce qu’il y a des exigences sanitaires et de sécurité pour les animaux qui coûtent assez cher. C’est une offre au public qui n’est pas négligeable. Je ne sais pas si ce tarif est juste ou pas, je suis prêt à ce que nous regardions les choses, qu’on les étudie, que l’on fasse des comparatifs avec les parcs similaires ailleurs, en France ou en Europe et que l’on ne reste pas figé. Je ne suis pas obtus, nous allons regarder. Aujourd’hui, on l’administre, après je crois qu’avec la mise en service le 30 juin prochain du tramway l’arrêt parc Phoenix va amener du monde, avec une montée en puissance dans l’année qui vient. Ne nous interdisons pas de faire une petite étude tarifaire pour voir ce qu’il en est. Nous en reparlerons à ce moment-là.

M. CUTURELLO.

Très bien, Monsieur le maire. Merci.

M. LE MAIRE.

Je mets les rapports aux voix.

La délibération n°21.1, mise aux voix, est adoptée à l’unanimité.