Influence ta Ville – Présentation des mesures en faveur des jeunes Niçois et appel à projets, lutte contre les discriminations

Conseil municipal du vendredi 23 novembre 2018

Délibération 18.2Influence ta Ville – Présentation des mesures en faveur des jeunes Niçois et appel à projets, lutte contre les discriminations

Je rappellerai tout d’abord que le maire a confié cette mission à mes collègues Anne-Laure Rubi, Mme la députée Marine Brenier et à ma chère collègue Françoise Monier que j’associe à cette délibération.

La Ville de Nice a souhaité engager des nouvelles actions en direction de la jeunesse niçoise, et plus particulièrement les 15/25 ans. La concertation « influence ta ville » lancée le 19 mars 2018, visait à mieux cibler leurs besoins, leurs préoccupations, et mieux y répondre. Cette convention s’est traduite par la diffusion d’un questionnaire pour lequel nous avons reçu près de 3 000 réponses, et par l’organisation d’ateliers thématiques au cours d’une journée, le 12 juillet 2018. Au regard des résultats, plusieurs mesures ont été annoncées, le 4 octobre dernier, au rang desquelles le lancement d’un appel à projets visant à réaliser les actions proposées par les 15/25 ans dans le domaine de la lutte contre toutes les formes de discriminations, qu’elles soient liées au sexisme, au racisme, à la religion, à l’orientation sexuelle, au handicap et à la lutte contre le harcèlement.

A travers cette mesure, la Ville de Nice a souhaité promouvoir l’engagement des jeunes niçois, tout en contribuant non pas au vivre ensemble, mais aussi au faire ensemble, et en favorisant toute démarche contribuant à faire reculer les comportements discriminatoires.

Une sélection des projets proposés sera effectuée par un jury, suivant un processus respectant une série de critères, et une présentation orale. La finalité de cet appel à projets est de financer tout ou partie des propositions émanant d’un collectif ou d’une initiative individuelle de jeunes niçoises et de niçois -pour faire plaisir à ma chère collègue- l’objectif sera aussi de donner l’occasion aux jeunes de s’impliquer en mettant en œuvre un projet qui leur tient à cœur.

Je rappellerai trois points essentiels de ce projet : premièrement, susciter des dépôts de projets développés par des jeunes qui bénéficieront à l’ensemble de la population.

Cet appel à projets est encadré avec un règlement, une convention de partenariat avec les jeunes dont les projets seront sélectionnés.

Les services sont en train de faire des propositions sur la composition du jury. Il y aura aussi un contrôle et un suivi de l’aide versée. Ce contrôle et cette aide versée se feront par les services de la Ville, de la DGA Solidarités, marqués par une volonté forte de leur donner les moyens de mettre en œuvre leurs idées pouvant contribuer à lutter contre les discriminations, et favoriser la cohésion sociale.

Il est proposé au Conseil municipal de bien vouloir approuver la mise en œuvre des mesures en faveur des jeunes niçoises et niçois, issues de la concertation « influence ta ville » relevant de sa compétence ; d’autoriser le lancement de l’appel à projets pour lutter contre les discrimination ; d’approuver le règlement de l’appel àprojets ; d’autoriser M. le maire ou son représentant à signer le projet de convention, ainsi que toutes les pièces consécutives à l’exécution de la présente délibération.

Je vous remercie.

[…]

ALLEMAND.

Monsieur le maire, cette grande consultation a mis en évidence de nombreuses attentes chez les jeunes qui ont fait plusieurs propositions. J’étais présent le jour de la restitution des travaux, le 4 octobre dernier, avant la soirée qui a été organisée place Pierre Gauthier. Il en ressort cinq grands domaines d’action : la santé, l’emploi, les transports, le logement, l’animation de la ville et la lutte contre les discriminations et pour l’égalité. Cela fait en tout vingt-trois actions, ce qui n’est pas rien.

La question que je voulais vous poser est très simple : nous avons une délibération qui porte sur l’une des vingt-trois actions qui est l’appel à projets pour la lutte contre les discriminations, c’est un sous-ensemble d’un grand ensemble, ce qui m’amène à vous demander la chose suivante : en dehors de cet appel à projets pour lequel il est prévu 50 000 €, en dehors de quelque chose qui a été très facilement identifié, qui est le triplement du nombre d’aides pour le permis de conduire, et puis la tarification unique à 145 € pour les transports publics pour les jeunes, en dehors de ces trois action qui sont bien identifiées sur les vingt-trois, quel est l’échéancier et quels sont les financements qui vont être consacrés à l’ensemble du plan qui est issu de cette initiative « influence ta ville » ?

[…]

Mme BRENIER.

Merci, Monsieur le Maire. Pour répondre à M. Allemand, je pense que vous n’avez pas dû comprendre la manière dont nous envisageons les choses dans « Influence ta ville ». M. le Maire nous a confié cette responsabilité avec Françoise Monier et Anne-Laure Rubi, mais « Influence ta ville » est quelque chose de plus global, qui touche à de très nombreuses délégations. C’est la raison pour laquelle Maty Diouf est intervenue, Gilles Veissière également, mais d’autres adjoints pourraient tout à fait le faire également, comme Jean-Marc Giaume. Ce dispositif a été mis en place, une première concertation a été lancée, nous avons eu l’occasion d’avoir le questionnaire, de rencontrer les jeunes, d’avoir cette soirée à laquelle vous avez participé, mais cette manifestation « Influence ta ville » a vocation à perdurer dans le temps. Évidemment, il y a un premier calendrier avec des premières échéances dont nous parlons aujourd’hui, mais c’est quelque chose qui a vocation à perdurer tout au long du mandat et encore plus loin, puisque Christian Estrosi, notre maire, a émis cette volonté de pouvoir avoir une communication accrue avec les jeunes, de pouvoir les écouter davantage, pour que nous puissions intervenir tout au long de l’année et tout au long du mandat auprès des jeunes sur toutes les thématiques dont nous avons déjà parlé. Merci, Monsieur le maire.

LE MAIRE.

[…]

Je mets aux voix le 18.2.

La délibération n° 18.2, mise aux voix, est adoptée à l’unanimité.